.
.

Qui veut la Paix, cultive la Justice

.

Candidature du Burkina au comité des ONG des nations unies : un atelier pour organiser le plaidoyer de la CBDDH


Candidature du Burkina au comité des ONG des nations unies : un atelier pour organiser le plaidoyer de la CBDDH

Dans la journée du vendredi 24 mai 2019 s’est tenue dans la salle de réunion du Fonds d’Assistance Judiciaire de Ouagadougou une rencontre de plaidoyer organisée par la Coalition Burkinabé des Défenseurs des Droits de l’Homme (CBDDH) en collaboration avec le Service International pour les Droits Humains (SIDH) (ISHR).
Cet atelier a regroupé une quinzaine de participants issus notamment des faîtières des organisations de la société civile (le Conseil National des Droits Humains, le Conseil National des OSC), de l’ACAT, du Balai Citoyen, de l’Association des femmes innovantes du Burkina Faso, de l’UN-ABPAM, de l’ADEP, d’Amnesty Burkina et de la CJP-Burkina.

Une vue de quelques participants à l’atelier

La rencontre avait pour objectif principal de formuler des argumentaires qui suscitent et soutiennent la candidature du Burkina Faso au Comité des ONG des Nations Unies.

C’est ainsi qu’à l’ouverture de cet atelier de plaidoyer, le conseiller technique Joël Djiguemdé, représentant le Ministre des droits humains et de la promotion civique, a remercié les organisations de la société civile pour leur initiative et leur a assuré qu’il va transmettre à qui de droit les recommandations et les conclusions qui seront issues de ce plaidoyer. Il a aussi affirmé : « si le gouvernement approuve le principe de cette candidature, il ne ménagera aucun effort, pour apporter son soutien à l’initiative de la société civile afin de réussir ce challenge en 2022. ».

Qu’est-ce que le comité des ONG et quelle est son importance ?
Le comité chargé des Organisations Non Gouvernementales est un organe des Nations Unies qui se réunit deux fois par an à New York. Le comité étudie les demandes d’accréditation déposée par les ONG pour obtenir le statut consultatif auprès de conseil économique et social de l’ONU et émet des recommandations. Ce comité constitue pour lesdites organisations la principale porte d’entrée à l’ONU pour les organisations de la Société civile.
Cependant, selon les responsables de la CBBDH, cet organe essentiel de l’ONU empêche les voix des organisations pour les droits de l’homme d’être entendues aux Nations Unies. C’est pourquoi, ce comité a besoin de nouveaux membres : des Etats disposés à soutenir la société civile dans les processus de l’ONU.
Face à ce défi, la CBDDH et ses partenaires ont entamé un processus qui a débuté en mars dernier à Genève en Suisse afin de soutenir la candidature de trois pays de l’Afrique de l’Ouest dont le Mali, la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso pour être membre du comité au titre de la région Afrique.

Une vue du projet de propositions d’argumentaires

En plus de l’argumentaire formulé ,cet atelier de plaidoyer a donc permis aux participants d’élaborer des recommandations à l’endroit du gouvernement et des partenaires techniques afin qu’ils appuient cette candidature du Burkina aux élections de ce comité qui se tiendront en 2022.
Ce sont au total 19 propositions d’argumentaire qui ont été faites par les participants. Ces propositions concernent les atouts du Burkina Faso dans le domaine de la promotion et de la défense des droits humains, dans le domaine des avancées législatives et politiques en faveur des droits humains, dans le domaine du classement du Burkina Faso dans les instances internationales en matière de droits humains. Tous ces atouts serviront à mettre en avant et à soutenir la candidature du Burkina Faso.
A la fin de l’atelier, un comité de 05 personnes, dont le représentant de la CJP-Burkina, a été mis en place afin de rédiger le rapport de ce plaidoyer et d’affiner l’argumentaire qui sera remis aux partenaires techniques et financiers et au gouvernement burkinabé.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *