.
.

Qui veut la Paix, cultive la Justice

.

CJP-Burkina : Visite de travail de la consultante en Justice et Paix de MISEREOR


CJP-Burkina : Visite de travail de la consultante en Justice et Paix de MISEREOR

Du 22 au 30 octobre 2019 la Commission Episcopale Justice et Paix- Burkina a accueilli la visite de la chargée en consultation Justice et Paix de MISEREOR, Mme Silvia Servaes. Durant son séjour, elle a pu toucher du doigt les réalités et le travail de la  commission à travers un séjour dans 4 des diocèses où la CJP-Burkina mène des activités dans la cadre de son projet actuel, le Programme Action pour la Paix et la Justice sociale (PAPJ).

Le premier jour du séjour au Burkina de Mme Servaes a coïncidé avec la passation de charges entre l’Abbé Joseph Moukassa Kiénou et l’abbé Hermann Ouédraogo, nouveau secrétaire national de la CJP-Burkina. C’était donc une belle prise de contact entre la consultante de MISEREOR et le nouveau staff de la commission étant donné que son nouveau président, Mgr Alexandre Bazié était également présent pour l’occasion à Ouagadougou en cette matinée du 23 octobre.

Intervention de Mme Servaes à l’atelier de Kampti ( Gaoua)

Après cet accueil, Mme Servaes et l’équipe technique de la CJP-Burkina ont pris la route de Gaoua, première étape de leur périple qui devait les conduire dans les localités de Gaoua (Kampti), Bobo Dioulasso, Banfora et Koudougou Gaoua et Banfora étant deux diocèses pilotes du PAPJ.

Le jeudi 24 octobre l’équipe a ainsi participé à Kampti à un atelier d’information et de formation sur le foncier rural avec les acteurs locaux. Cet atelier a rassemblé une cinquantaine  de participants issus des localités de Gbalara et Kampti et a porté notamment sur la loi n°034 relative au foncier rural. A ce niveau Mme Servaes a pu s’imprégner de la situation et du travail de la CJP-B dans le domaine de la gestion des conflits fonciers à travers le processus de sécurisation des terres.

Bobo Dioulasso a été la deuxième localité visitée par l’équipe dans la matinée du 25 octobre. A cette rencontre avec la coordination de Bobo était présente une représentation du CESAO conduite par le coordonnateur régional de cette structure Dramane Coulibaly. Les échanges ont porté notamment sur les activités sur le terrain de la coordination diocésaine Justice et Paix de Bobo Dioulasso et sur les nouveaux défis liés entre autres à la présence de nombreux déplacés internes dans les zones d’actions de la commission.

Rencontre avec La CDJP-Bobo,le CESAO et visite surprise de Mgr Paul Ouédraogo, Archevêque de Bobo

Cette  situation nouvelle  nécessite une réorientation de la sensibilisation selon les différents intervenants. Au niveau des échanges avec le CESAO, il a été question de la synergie d’action à mettre en place avec la CJP-Burkina afin d’être plus efficaces sur le terrain. Dans ce sens le modèle de l’intermédiation sociale par anticipation et les mécanismes de veille et d’alerte ont été abordés. Aussi, des axes de collaboration sur des thématiques telles les élections 2020 et la lutte contre l’extrémisme violent ont été envisagés. Avant que les participants à cette rencontre ne prennent congé ils ont reçu la visite de Mgr Paul Ouédraogo, archevêque de Bobo Dioulasso.

Rencontre avec les membres de la cellule du collège Sainte Marie de Tounouma

L’équipe a ainsi  continué ensuite son périple à Banfora dans l’après-midi à la rencontre de l’équipe diocésaine et du CESAO. La bas encore, les échanges ont porté sur le travail sur le terrain de la coordination diocésaine « Justice et Paix» et le CESAO. Ainsi, des bénéficiaires des actions de la CJP-Burkina issus du village de Golona sont venus témoigner des activités en leurs faveurs. Le coordonnateur sous régional du CESAO a aussi briefé les participants sur les activités de sa structure dans la zone de Banfora.

Rencontre avec la CDJP-Banfora,le CESAO et des bénéficiaires du village de Golona

A Koudougou le 29 octobre 2019, l’équipe du secrétariat national de la CJP-Burkina conduite par le secrétaire national Abbé Hermann Ouédraogo et la consultante en Justice et Paix de MISEREOR ont rencontré les membres de la coordination diocésaine « Justice et Paix » (CDJP) en présence du secrétaire exécutif de l’OCADES. Au cours des échanges il a été question des actions de la CDJP/Koudougou, du rôle primordial des para juristes et du niveau de collaboration avec le secrétariat national. Le secrétaire exécutif de l’OCADES –Koudougou Abbé Alain Michel Guissou a également fait le point des actions de sa structure sur le terrain et sur le niveau de collaboration avec la CDJP/Koudougou.

Rencontre avec la CDJP-Koudougou,l’OCADES Koudougou et Mgr Alexandre Bazié ,président de la CJP-Burkina

 

A l’issue de cette rencontre ouverte avec l’OCADES, une autre rencontre avec Mgr Alexandre Bazié, évêque auxiliaire de Koudougou et Président de la CJP-Burkina s’est tenue. Le nouveau président de la CJP-Burkina s’est réjoui de la visite de Mme Servaes. Il a par ailleurs fait cas de la nouvelle dynamique qu’il aimerait impulser à la structure. Selon lui, la CJP-Burkina est un bon instrument qui pourrait permettre de faire face aux défis de Justice, de Paix et de réconciliation dans le contexte actuel du Burkina Faso.  Pour lui : « la structure a besoin d’être restructurée afin de lui donner les moyens d’accomplir son travail. »

La consultante de MISEREOR, Mme Silvia Servaes très satisfaite de ces différentes rencontres, a affirmé être « très  impressionnée par le travail réalisé à tous les niveaux malgré la situation sécuritaires pas très reluisante. Il faut s’adapter et j’ai vu que le personnel à tous les niveaux fait tout son possible pour atteindre les objectifs. C’est un personnel très bien outillé et très bien préparé avec des formations et des documents d’orientation. De plus, les diocèses pilotes sont une bonne innovation pour le travail de la CJP-B au niveau local. C’est un grand défis de mettre ces différents niveaux ensemble.»

Silvia Servaes, consultante en Justice et Paix de MISEREOR

Selon elle, le bilan de ce séjour est assez positif étant donné qu’elle a pu voir de visu ce qui est fait sur le terrain, les différentes perspectives de travail en synergie avec d’autres structures évaluant dans les mêmes domaines d’intervention que la CJP-Burkina et les nombreux défis telle le renforcement de capacité, le suivi et le soutien. « Le défi aussi pour la CJP-B est de voir comment la situation se développe sur le terrain avec ses différentes interventions et comment elle  peut prendre tout cela en considération ».  

La rencontre avec l’équipe du secrétariat national à Ouagadougou a clos la visite de la consultante et lui a permis d’avoir d’autres éléments d’éclairages sur les actions de la CJP-Burkina après une année de mise en œuvre du PAPJ.

Photo de famille

En rappel ,MISEREOR est l’œuvre de l’Église catholique en Allemagne chargée du développement; elle a reçu son mandat de la Conférence des évêques. Depuis plus de 50 ans, MISEREOR lutte contre la pauvreté en Afrique, en  Asie,en  Amérique latine et en  Océanie .Elle vient en  aide aux personnes sans distinction  dans le besoin, quels que soit leur religion, leur couleur de peau ou leur sexe.

MISEREOR est ainsi un partenaire financier et technique de la Commission Épiscopale “Justice et Paix” – Burkina Faso  (CJP-Burkina)




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *