.
.

Qui veut la Paix, cultive la Justice

.

Exclusion sociale par allégation de sorcellerie : Une victime retrouve sa famille après 23 ans de séparation


Exclusion sociale par allégation  de sorcellerie : Une victime retrouve sa famille après 23 ans de séparation

La CJP-Burkina a réinséré Dame Ouédraogo dans sa famille ce 23 juillet 2019 à Houndé. Après 23 ans de vie au centre Delwendé de Tanghin puis de Sakoula, dame Ouédraogo est retournée auprès des siens .  Cela grâce à la médiation réussie de la CJP-Burkina.

De konan dans la province du Passoré,à Houndé en passant par Ouagadougou, dame Ouédraogo a vécu dans l’attente et dans l’espérance de ce jour heureux du 23 juillet 2019. Enfin réunie avec son fils et sa famille qui l’accueillent, elle est enfin assise au milieu de ses petits-enfants.

Dame Ouédraogo recevant quelques vivres offerts par la CJP-Burkina et le centre Delwendé

A 73 ans, elle en paraît plus, peut-être à cause des péripéties de sa vie. Veuve et mère de 06 enfants elle a été accusée comme étant la cause du décès d’un jeune enfant de 3 ans dans le village de Konan, situé à quelques kilomètres de Yako.

Dès lors commence son calvaire, car n’ayant plus d’autres choix que la fuite et l’exil, elle s’est retrouvée à Ouagadougou au centre Delwendé de Tanghin. Là-bas, prise en charge, elle essaiera de se reconstruire tout en maintenant les liens avec ses enfants.

Avec le travail de médiation effectué par la Commission Episcopale Justice et Paix (CJP-Burkina) à travers son para juriste, la voici désormais auprès de son fils Antoine, seul garçon de ses trois enfants vivants. Cultivateur et orpailleur, celui-ci est installé depuis quelques années à Houndé avec sa femme et ses 4 enfants. Très heureux d’accueillir enfin sa mère chez lui, il a promis de bien s’en occuper afin qu’elle puisse couler des jours heureux.

Échanges entre le fils de Dame Ouédraogo et l’équipe de réinsertion

C’est avec des sentiments de joie et de satisfaction que la mère et le fils ont remercié la Commission Episcopale « Justice et Paix » et les responsables du centre Delwendé de Sakoula pour leur soutien constant et pour leur accompagnement à l’occasion de cette réinsertion.

 




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *