.
.

Qui veut la Paix, cultive la Justice

.

PAPJ : 8 femmes accusées de sorcellerie retrouvent leurs familles grâce à la Coordination diocésaine justice et Paix de Ouagadougou.


PAPJ : 8  femmes accusées de sorcellerie retrouvent leurs familles grâce à la Coordination diocésaine justice et Paix de  Ouagadougou.

La Coordination diocésaine justice et Paix (CDJP) de  Ouagadougou a présenté le jeudi 02 octobre au Centre national Paul ZOUNGRANA, le bilan de ses activités de l’année 2020. Ce bilan s’inscrit dans la mise en œuvre de l’an2 du Programme triennal Action pour la Paix et la Justice Sociale à l’horizon 2021.

Au cours de l’an2 du PAPJ, la CDJP de Ouagadougou a déroulé sa feuille selon deux des trois axes du programme.  Il s’agit de la Consolidation de la Paix sociale par le développement  d’une culture du civisme et de Citoyenneté (axe1) et de la Protection des droits des femmes et jeunes filles (axe3).

Au titre de l’axe1, la Coordination a mis en place une cellule de veille pour la promotion des valeurs civiques et morales (CSCM) au Lycée Wendmanéga de Ouagadougou. Dans cette même logique, elle a organisé à l’intention des membres de la CSCM une formation sur le civisme et sur leurs rôles afin de renforcer leurs capacités dans la l’exécution de leurs missions. Ainsi les membres de la CSCM  ont organisé deux émissions interactives en partenariat avec la radio jeunesse de Ougadougou sur le civisme, la contribution et le rôle des CSCM. Ces émissions ont été des tribunes pour les élèves pour partager la riche expérience de la CSCM du Lycée Wendmanéga et d’interpeller les jeunes burkinabè au respect des valeurs civiques et morales.

                   Parajuristes de la CDJP Ouaga

Quant aux activités prévues dans l’ax2 (Protection des droits des femmes et des jeunes filles) de la feuille de route de la Coordination, les parajuristes ont fait savoir que des séances de causerie-débats et de sensibilisations sur l’exclusion sociale ont été organisées pour informer sur les droits des victimes. Ils ont ainsi contribué à la médiation et à la réinsertion sociale de huit  (8) femmes accusées de sorcellerie et de jeunes filles victimes de mariages forcés. La Coordination a aussi accompagné ces femmes avec un appui matériel à travers la construction de maison d’habitation et de don de vivres.

Le Chargé des projets, Monsieur Grégoire TAPSOBA, prenant la parole au nom de la Commission, a félicité la CDJP de Ouagadougou pour le travail abat. Il les a invités à redoubler d’efforts pour l’exécution effective de la feuille de route de la dernière année du PAPJ afin de promouvoir la Paix et la Justice sociale au Burkina Faso.

Cette rencontre bilan a été également l’occasion pour le Secrétariat général de la commission, pour souhaiter la bienvenue au nouveau Coordonnateur diocésain de Ouagadougou, Monsieur l’Abbé Charles OUANGA, originaire de la paroisse de Kombissiri. Il remplace à ce poste Monsieur l’Abbé Modeste SANOU, appelé à d’autres missions




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *