.
.

Qui veut la Paix, cultive la Justice

.

Réinsertion sociale des femmes exclues pour allégation de sorcellerie: 4 ans après, Raogo Marie Joseph retrouve sa communauté


Réinsertion sociale des femmes exclues pour allégation de sorcellerie: 4 ans après, Raogo Marie Joseph retrouve sa communauté
La Commission épiscopale Justice et Paix du Burkina a procédé, le mercredi 28 avril 2021, à la réinsertion_sociale de Raogo Marie Joseph COMPAORE, exclue du village pour allégation de sorcellerie, il y a quatre ans.
COMPAORE Raogo Marie Joseph vivait au Centre Delwendé de Sakoula depuis 4 ans, soit le nombre d’années durant lesquelles, elle a été exclue du village de Goué (commune de Loumbila). L’exclusion sociale de cette dame fait suite à une altercation qu’elle a eue en 2017 avec une de ses coépouses (épouse du cousin à son Mari). Quelques années plus tard, sa coépouse rendit l’âme. Marie Joseph fut alors accusée par certains membres de la famille, d’être à l’origine de ce décès. Elle fut lynchée par les populations et n’eût été l’intervention des agents de police de Donsin, elle aurait perdu la vie. Quelques jours plus tard, elle fut accueillie au Centre Delwendé des vielles de Sakoula. Elle y passa quatre années de sa vie loin des siens.
Le 1er mars 2021, un parajuriste de la CJP-Burkina entame une médiation auprès de la belle à Donsin, pour le retour de Marie Joseph. Malgré la volonté de l’époux d’accueillir sa femme, les membres de la famille rejettent son retour dans la communauté.
Le parajuriste réoriente la médiation vers la famille de Marie Joseph, qui accepta de l’accueillir.
e mercredi 28 avril 2021 à Donsin, était un jour de joie pour la famille de Raogo marie Joseph qui ne cessait d’exprimer sa reconnaissance à la Commission Justice et Paix pour cette œuvre de paix et de cohésion sociale.

Marie Joseph fait une photo d’au-revoir avec ses ex co-pensionnaires du Centre Delwendé




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *