.
.

Qui veut la Paix, cultive la Justice

.

Vie de la Nation : la CJP-Burkina associée aux rencontres de concertations sur la situation nationale avec le Président du Faso et le Premier Ministre


Vie de la Nation : la CJP-Burkina associée aux rencontres de concertations sur la situation nationale avec le Président du Faso et le Premier Ministre

Dans la journée du 30 juin 2022, les leaders religieux du Burkina Faso ont eu, respectivement, des échanges sur la situation nationale avec le Président du Faso, le Lieutenant-Colonel Paul-Henri Sandaogo DAMIBA, et le Premier Ministre, Albert OUEDRAOGO. La Commission épiscopale Justice et Paix, à travers son Secrétaire Général, l’abbé Hermann OUEDRAOGO, était de la délégation de l’Eglise catholique.

La situation sécuritaire, la réconciliation nationale et la paix au Burkina Faso, tels sont les sujets au menu de la rencontre entre les leaders religieux et le Président du Faso dans la matinée du 30 juin 2022 au palais présidentiel de Kossyam. L’Eglise catholique, en répondant à cette invitation du chef de l’Etat, a jugé bon d’associer la Commission épiscopale Justice et Paix, l’organisation même lui servant d’outil de promotion de la paix et de la justice au Burkina Faso.

Cette rencontre a été l’occasion pour le Président du Faso d’inviter les leaders religieux à s’interroger sur le rôle qu’ils peuvent et doivent jouer pour aider le pays à relever la tête et à reprendre sa marche vers le développement et le progrès. Selon lui, « chacun à son niveau, dans sa confession religieuse et sa croyance doit s’engager sans ambiguïté auprès de nos communautés pour porter la vraie parole de Dieu et appeler clairement ceux qui se sont perdus à revenir sur les sentiers de la lumière ».

 

                La photo de famille avec le Président du Faso à l’issue des échanges

Un appel que les hôtes du jour disent avoir entendu. «Nous sommes très contents de ce qu’il nous a adressé comme paroles, nous sommes très contents de ce qu’il attend de nous et nous allons essayer de jouer notre partition dans la stabilisation de ce pays, dans la sécurité, dans la promotion de la paix et de la cohésion sociale», a soutenu Monseigneur Gabriel SAYAOGO, Archevêque de Koupéla, par ailleurs Vice-président de la Conférence Episcopale Burkina-Niger.

La rencontre avec le chef du gouvernement quant à elle, tenue dans l’après-midi du 30 juin, a été consacrée au chronogramme de la transition. A travers cette démarche d’information et de concertation, le gouvernement entend échanger avec les forces vives de la Nation, sur la conduite de la transition, avec un point d’honneur accordé au chronogramme élaboré. Une manière de mettre ces leaders communautaires au même niveau d’information, dans les actions en cours, mais également d’appeler à une union sacrée pour relever les défis du moment.

Le Premier Ministre échangeant avec les leaders religieux

«Ce que nous retenons c’est que les premiers acteurs c’est le gouvernement. Nous, nous ne faisons que les accompagner. Lorsqu’ils vont juger que deux hommes ne font pas route ensemble sans d’abord se concerter, et qu’ils vont nous demander notre avis, nous allons le leur donner. A partir du moment où ils vont décider de tourner le dos, nous continuerons de prier Dieu pour qu’Il les éclaire et les inspire, qu’ils prennent des décisions sages, et surtout que Dieu leur donne la force de réussir ce qu’ils veulent pour le bien de ce pays», a souligné Monseigneur Gabriel SAYAOGO, à l’issue de la rencontre.

En associant la Commission épiscopale Justice et Paix (CJP-Burkina) à ces deux rencontres au sommet de l’Etat, la Conférence Episcopale Burkina-Niger réaffirme l’importance de la mission de la CJP, celle de toujours œuvrer pour un Burkina de paix et de justice.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *